CHRONIQUE DE « PREQUELLE » DU GROUPE GHOST

PREQUELLE

Style musical : Heavy metal
Date de sortie : 1 Juin 2018
Durée : 50 minutes
Label : Spinefarm / Loma Vista Recordi

Tracklist :

01. Ashes | 02. Rats | 03. Faith | 04. See The Light | 05. Miasma | 06. Dance Macabre | 07. Pro Memoria | 08. Witch Image | 09. Helvetesfonster | 10. Life Eternal | 11. It’s A Sin (bonus) | 12. Avalanche (bonus)

Discographie :

2010 – Opus Eponymous | 2013 – If You Have Ghost (EP) | 2013 – Infestissumam | 2015 – Meliora | 2016 – Popestar (EP) – 2017 – He Is (EP) | 2018 – Prequelle

Clips vidéos :

Chronique écrite par David Guézennec

Après « Meliora », Ghost n’en fini plus de diviser les fans de metal à travers le monde. Le succès colossal avec entre autre le titre « He Is », avait attisé le feu nourri des metalleux qui se sont sentis trahis par le virage commercial du projet de Tobias Forge -alias Cardinal Copia-, alors l’interrogation est forcément de mise pour leur nouveau méfait « Prequelle ».

Après une intro légèrement crispée « Ashes », « Rats » déboule avec roulements de batterie et grosses guitares toutes voiles dehors. Constat imparable, la production est énorme, et on a tout de suite la sensation que chaque instrument est à sa place.

Au fur et à mesure des écoutes, on se rend compte que l’univers de Ghost est de plus en plus diversifié. En effet, Sieur Tobias n’hésitant pas sur les moyens en faisant intervenir un saxophone sur l’instrumental « Miasma », comme aux grandes heures de… Foreigner ! Aussi, l’écriture a elle aussi évolué, chaque titre étant méticuleusement assaisonné de mélodies ciblées et imparables. Le titre « See The Light » puise son essence dans la discographie de Abba, ni plus ni moins ! Attention, Tobias Forge, seul capitaine et marin à la barre de son vaisseau démentiel, nous gratifie d’un album d’une rare qualité, sentant bon l’album de l’année 2018, pas moins. Les purs métalleux seront certainement perdus, car « Prequelle » se veut surprenant, envoûtant, aux multiples ambiances et ne répondant qu’en de très rares occasions les codes du metal. Ici, un plus grand public est capable d’écouter ce nouvel album de Ghost.

Conclusion :

Tobias Forge casse toutes les frontières métalliques, se moquant de connaître le « qu’en dira t’on ? ». Le titre dansant « Dance Macabre » en est l’exemple parfait ! Cardinal Copia utilise le metal comme rampe de lancement de ses compositions, avec beaucoup d’émotions. Ghost s’affranchit maintenant de tout style, tant son géniteur ne se préoccupe qu’à faire ce qu’il fait de mieux dans la vie : de la musique…

Note : 10/10

Chronique écrite par Pierre-Emmanuel

Ghost… Ça aurait pu me faire rire… mais au bout de quelques minutes, l’ennui prend le dessus… C’est tout sauf bien… Carricatural, mou (et pas planant, vraiment mou…), les musiciens n’ont pas l’air mauvais mais musicalement… rien… Les arrangements et riffs sont d’un quelconque, mélodiquement, c’est tout ce que je n’aime pas, la batterie est aussi inintéressante que le reste et la voix m’insupporte à un point… J’ai du mal à comprendre pourquoi tant de personnes en font tout un foin…

Et plus j’avance dans l’écoute de l’album, plus ça conforte mon ressenti. Je me suis forcé à écouter l’album en entier pour y trouver quelque chose qui m’aurait accroché un peu… Rien… Du début à la fin, je me suis bien ennuyé. Le tout saupoudré de quelques touches de ringardise comme le solo de sax dans Miasma pour ne citer que ça.

Arrivé au quatrième titre, je me suis dit qu’on touchait le fond… Et bien non, le 5 est pire… Ajoutez quelques instrumentales de remplissage… Ma seule hâte était d’arriver à la fin… Et la fin n’est pas mieux que le reste… Promis, je ne l’écouterai plus !!!

Conclusion :

Ghost… Ça aurait pu me faire rire… mais au bout de quelques minutes, l’ennui prend le dessus… C’est tout sauf bien… Caricatural, mou (et pas planant, vraiment mou…), les musiciens n’ont pas l’air mauvais mais musicalement… rien…

Note : 3/10

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*