BEHIND THE SCENES: INTERVIEW DE BENJAMIN (RAZORBACK PRODUCTIONS)

Crédit photo : Razorback Productions

Entretien avec Benjamin, président de l’association Razorback Productions

Salut Benjamin ! Merci d’avoir accepté cette interview ! Pour ceux qui ne te connaitrais pas encore, peux-tu te présenter ainsi que ton association Razorback Productions ?

Salut et merci de me donner l’opportunité de pouvoir me présenter ainsi que l’asso.

Je suis un jeune vieux haut-savoyard de 31 ans avec le caractère qui va avec, ceux qui me connaissent et m’apprécient ou non voient de quoi je parle. Pour ceux qui ne me connaissent pas encore ça va venir ne vous en faites pas. Amateur de metal mais pas que ! j’ai développé un certain éclectisme musical au fil des années, le metal ne représente que 50% de la musique que j’écoute.

Pour ce qui est de l’asso même si elle est basée en Haute-Savoie nous organisons principalement à Lyon faute de salles encore en vie ou tout simplement accessible sans faire un prêt sur 20 ans dans notre coin. Nous organisons aussi sur Chambéry au Brin De Zinc où comme un paquet de monde on se sent à la maison. On a aussi tenté une fois à Grenoble et Saint-Etienne avec plus ou moins de succès.

N’étant pas musicien mais voulant apporter quelque chose au milieu metal j’ai décidé un peu à la hâte en janvier 2016 de créer mon asso et tout est parti très vite je n’en reviens toujours pas d’ailleurs les contacts sont arrivé rapidement ainsi que les demandes de groupes. On a pu organiser un tas de dates en un an et demi et je peux dire sans prétention que nous sommes l’une des assos les plus actives de la région.

Razorback Productions c’est avant tout l’envie de faire plaisir, a nous comme au public et de surtout valoriser la scène émergente très souvent oubliée par les grosses structures pour diverses raisons justifiées ou non. Pour le moment nous sommes une asso loi 1901 sans subventions mais si un jour nous le pouvons un plus financier ne serait pas de refus, quoiqu’il en soit contrairement à certains on ne le cachera pas les subventions seront minimes et uniquement pour couvrir nos pertes pour ne plus trouer notre porte-monnaie.

Combien êtes-vous à travailler pour l’association ?

En tout nous sommes régulièrement quatre.

Deux personnes sont du bureau : Moi en qualité de président/secrétaire et Carine en qualité de vice-présidente/trésorière.
Il faut savoir que je monte seul les plateaux de A à Z , du premier contact jusqu’à la finalisation du plateau, de la demande de location de salle a la réservation de l’hébergement et je suis présent sur toutes mes dates je prends sur mon temps de repos ou sur mes congés pour ça il m’arrive de finir à 7h du mat et de partir 1h après pour Lyon ce n’est pas du « tout fait » comme pour les gros plateaux où il suffit juste de passer un coup de fil et de venir le soir du concert.

Nous avons deux bénévoles récurrents : Matthieu qui devrait d’ailleurs prochainement prendre la place de trésorier et qui est devenu une sorte de conseiller personnel car il bouge énormément en concert sur Lyon et connait les attentes du public. Il y a aussi Marianne qui est régulièrement présente sur nos dates et qui est devenue une véritable amie au fil des mois.

Plusieurs autres personnes nous aident ou nous ont aidées que ce soit les soirs de concert ou pour une aide à l’hébergement de certains groupes.

Nous avons également quelques techniciens son qui nous aident sur nos concerts et ça ce n’est pas indéniable.

Sans toutes ces personnes il n’y aurait pas de Razorback et c’est quelque chose que je répète souvent.

Razorback Productions a été créé en janvier 2016, quel bilan fais-tu de ses 17 derniers mois en tant qu’organisateur ?

Bilan mitigé.

Du point de vue financier je ne le cache pas je le dis clairement lors de mes concerts je n’ai rien à cacher c’est un désastre. Beaucoup de monde arrêtent en perdant 300 euros, nous tu peux rajouter un 0 et je suis seul à assumer financièrement alors que d’autres sont 10 et pleurent quand il faut mettre 20 euros de leur poche. J’ai failli arrêter d’ailleurs à cause de ça mais on est encore là et pour un moment.

Par contre humainement c’est que du bonheur. Entre les groupes qui sont devenus des amis et nous font confiance, les gérants de salle avec qui on aime passer la soirée, le public aussi on aime discuter avec la plupart d’entre eux sans parler des autres acteurs de la scène comme les photographes ou les webzines et les distro. Même si dernièrement j’ai pu lire que je suis imbuvable et pas professionnel étrangement de mon côté je n’ai que des bons retours. On s’est lié d’amitié avec des musiciens que l’on voit lors de soirées, certains groupes m’écrivent ou téléphonent pour avoir des nouvelles, on sait que si on part en Russie par exemple on sait où dormir. J’ai fortement sympathisé avec d’autres passionnés comme avec Brigitte de Hell Frog Promotion avec qui je parle chaque semaine et avec qui nous avons des amis mais aussi des « ennemis » communs. Tu as aussi Franck qui est photographe et bosse pour le webzine Feedback avec qui je papote de temps en temps ou Vanessa de La Legion Underground.

Tu as des groupes qui nous réservent des dates sur leur tournée parce qu’ils en ont marre des grosses assos qui s’en foutent des groupes. Ils savent que quoiqu’il arrive on fera tout pour que le concert soit dans de bonnes conditions.

Sans mentir ma grande gueule m’as causé pas mal de soucis et quelques ennemis sans trop d’importance mais pour le moment ça n’affecte pas mon job dans l’asso. Quelques groupes ne veulent pas jouer pour nous mais ce n’est pas bien grave il y en a tellement d’autres qui méritent d’être mis en avant.

Finalement on s’éclate même si niveau pognon ce n’est pas la joie. J’ai pu faire jouer quelques-uns de mes groupes favoris et ça c’est l’essentiel. Le fait d’avoir mis en lumière certains groupes comme Kamizol-K et Hrothgar et d’avoir fait venir pour la 1ere fois en France d’autres groupes c’est une fierté.

Depuis quelques mois on a aussi décidé de ne pas se prendre au sérieux il nous arrive d’aller pogoter comme des débiles avec le public ou de se déguiser lors des concerts. On a remarqué avec Matthieu que la plupart des organisateurs sont cachés lors des concerts et peu accessibles, certains et certaines font vraiment la gueule à leur propre concert tu as envie de leur dire « putain mais qu’est-ce que tu fous là si tu ne t’amuses pas ? Prend un verre et fais la fête ». Surtout avec le contexte actuel on se doit plus que jamais de vivre et de s’éclater.
On a envie de casser le cliché Organisateur = frigide et planqué on veut que le public vienne aussi pour nous, pour l’ambiance.

Chez Razorback on le crie haut et fort si un membre du public veut boire avec nous (de l’alcool ou pas) nous sommes les premiers à foncer. On a tous un paquet de soucis et c’est bien de les oublier pendant 3 heures ou plus parce que nous on est là de 14h à 2h du mat en général alors si t’es pas là pour passer un bon moment rentre chez après nous avoir payé l’entrée bien sur haha.

Dans une interview donnée dans le webzine La Légion Underground, tu as déclaré que si rien ne bouge dans un quart de siècle le metal sera mort et le premier fautif de cela c’est le metalleux lui-même. Ne penses-tu pas que le problème vient plutôt qu’il y ait trop d’organisateurs de concerts sur le marché ?

Tout repose sur les groupes émergents ce n’est pas un secret sauf que ces groupes-là la génération actuelle s’en fout ! Attention pas tout le monde il y a un petit noyau qui aiment découvrir des groupes. Un concert de groupes peu connus c’est 50 personnes en affluence dans le coin et encore alors que tu peux en avoir 600 pour le groupe qui est déjà passé il y a 4 mois mais qui est ultra connu. Il faudrait que les metalleux aient un juste milieu et se déplacent autant pour du petit que pour du gros concert un peu comme c’était dans les années 90.

Effectivement il y a beaucoup d’organisateurs mais il y a surtout trop d’organisateurs feignants et faux. Quand tu veux promouvoir la scène locale et émergente et quand ta ligne de conduite se base sur cette philosophie tu ne fais pas 4 fois le même gros groupe en un an et demi sans y inclure un groupe du coin j’appelle ça du foutage de gueule. Je peux concevoir que sur certains plateaux il est impossible d’y inclure un groupe supplémentaire mais il reste quand même un paquet d’opportunités simplement le groupe émergent n’est soit pas assez intéressant soit pas assez rentable pour ces structures.

Il n’y a pas assez d’organisateurs et il y en a trop en même temps c’est assez paradoxal suivant les régions. Bon cela dit tant mieux pour nous si les groupes émergents restent accessibles. Il suffit d’être un groupe et d’organiser une tournée pour se rendre compte qu’il manque cruellement non pas d’organisateurs mais d’organisateurs couillus et passionnés n’ayant pas peur de sortir un budget ou n’ayant pas peur de s’en mettre un peu moins plein les poches.

Que penses-tu de la scène émergente lyonnaise et même nationale ? Est-elle assez représentée dans les médias et webzines selon toi ?

Il y a une belle scène sur Lyon qui tourne assez bien. Il y a une scène Hardcore qui est plutôt vivante même si je pense que le style s’essouffle. Niveau Black Metal il y a ce qu’il faut même si 4 ou 5 groupes de plus ne seraient pas de refus. Ce qu’il manque surtout c’est des salles accessibles pour que tout le monde y trouve son compte. Il y a des groupes et des asso qui aimeraient organiser mais quand tu dois débourser 1600 € pour une MJC ça fait mal au cul qui que tu sois.

Au niveau national on en revient au manque d’intérêt du public et aux asso proposant du « réchauffé » qui font que les groupe galèrent de plus en plus à organiser ou trouver des concerts. Je pense aussi que les gérants de salle doivent s’y mettre, mis a part proposer du door deal sans hébergement voire même sans catering il n’y a pas grand-chose de fait. Je ne sais si j’étais gérant de salle qui ont pour la plupart un peu d’aides de l’état je me ferais une petite date par mois pour aider la scène émergente mais non malgré ça on préfère te sortir une facture à 2000 balles et c’est dommage.

Il y a surtout une pensée unique en France avec le soutien de groupes qu’on voit partout tout le temps même si certains marchent plus ou moins bien maintenant. Pourquoi le public se casserait le cul à découvrir un groupe local quand Dagoba passe tous les ans ? je n’ai rien contre eux cela dit c’est pour l’exemple mais c’est ce que se dit le public français aujourd’hui.

Pourquoi voir un concert à 5 euros se sera surement merdique ? et bah nan ton concert à 5 balles crois moi il sera bien mieux que celui à 40 ou tu seras entassé avec des gens suintants de sueur pour un groupe que tu as déjà vu 8 fois. Elle est là la pensée globale du metalleux aujourd’hui.

Tu vas à Montréal par exemple c’est le contraire il y a beaucoup de groupes et un concert tous les soirs et pourtant il y a du monde. J’ai été voir en 2012 quatre groupes de thrash canadien dans une salle grande comme l’HDM de Villeurbanne et bien on était 120 un jeudi soir avec une entrée à 5 dollars et j’en ai pris plein la gueule.

Même un concert improbable avec du Black, du Folk et du metal parodique que j’ai vu dans un rade on était 80 c’est hallucinant là-bas les gens supportent vraiment la scène émergente.

Par contre je pense aussi qu’il y a vraiment trop de groupes en France….

Quand tu vois que pour un festival tu as 400 groupes qui postulent tu comprends pourquoi il y en a autant qui galère surtout que ce sont souvent les mêmes qui tournent comme je l’indique plus haut.

Au niveau des médias c’est un peu la galère aussi malgré un ou deux qui aiment cette scène le reste préfère demander des pass à 40 euros pour de gros concerts plutôt que de couvrir un « petit concert » alors que c’est bien plus sympa. Au niveau de Razorback malgré des webzines fidèles on se retrouve souvent sans photographe ou live-reporters c’est un peu dommage et ça influe sur la promo.

Mais globalement les groupes Lyonnais sont appréciés et bien couverts par les media et heureusement d’ailleurs.

Quelles sont les futurs projets de Razorback Productions ?

La domination totale du monde.

Non sinon continuer à organiser de jolis concerts et se faire plaisir avant tout.

On a du lourd en préparation et j’espère vraiment que ça va se concrétiser parce qu’on peut signer de jolis plateaux avant la fin de l’année dont un en Juillet et deux en Décembre qui je pense vont vraiment faire plaisir aux amateurs de musique extrême.

Aimerais-tu un jour créer ton propre Festival ?

C’est un point dont nous discutons régulièrement dans l’asso et l’idée fait son chemin.

Principal soucis : l’argent. Tant qu’on ne sera pas aidés par de la subvention, du sponsor ou du mécénat ce sera difficile de construire quelque chose de solide et ceux qui disent le contraire sont des menteurs. Il faut dire qu’un fest ça peut vite devenir casse-gueule surtout dans ma région.

Second soucis : l’équipe.  Ça devient dur de trouver des gens de confiance et pour le moment perso je n’ai pas les contacts nécessaires pour organiser un fest. C’est du boulot quand même surtout si c’est en Open air il faut trouver les scènes, les fournisseurs de bouffe/boisson, les grilles, les loges, les stands etc….et là-dessus je pêche pour le moment.

Parce que dans l’idée les groupes on les a déjà en tête sauf qu’on veut faire un joli truc. La question qui se pose c’est de savoir si on veut faire un festival spécialisé genre Ragnard Rock mais en moins hautain ou le Deathfest par exemple ou si on part sur un festival tout metal comme le Lions Metal Fest dernièrement avec plus ou moins de succès. Un mix de groupes émergents avec des têtes d’affiche connues faut bien attirer toute la clique metal ne jurant que par les millions de likes facebook. On aimerait bien frapper fort sans pour autant faire quelque chose de déjà vu en espérant que ce cher public se montre un peu plus curieux.

Mais sans me vanter on peut faire quelque chose de bien avec tout le recul et notre capacité d’orga. On a Matthieu qui pense à tout et qui se pose les bonnes questions et moi en complément qui suis carré et exigeant ça devrait le faire. Si certains ont réussi à obtenir les finances et monter leur fest pourquoi pas nous ?

Du coup peut être pour 2019 si on se bouge le fion et si on gagne du pognon ou alors 2020.

D’ailleurs si quelqu’un connait des mécènes ou veut nous filer 80 000 euros (ça fera surement) nous sommes preneurs.

Parlons un petit peu de toi, à partir de quel âge as-tu commencé à écouter du Metal ?

A l’âge de 13 ans en 99 quand j’allais chez un pote pour jouer à la Dreamcast à l’époque il mettait du Korn ou du Rammstein en fond sonore et ça m’a lavé le cerveau. J’ai aussi eu le déclic en voyant Slipknot en live sur MTV j’ai totalement accroché.

As-tu un style de Metal de prédilection ?

Pas vraiment j’écoute presque de tout. J’adore le Power Metal mais ce style est ultra boudé en France si tu sors de Sonata Arctica et de Sabaton t’as presque rien. Je suis un gros fan de Gamma Ray, de Blind Guardian et de Freedom Call.

J’aime le Black metal également sous toutes ses formes et le thrash et le speed avec une préférence pour Sodom mais aussi toute la scène Sud-Américaine qui depuis les années 80 ne s’est pas prostituée et a gardé sa violence.

J’ai un intérêt pour le folk j’ai tous les albums d’Arkona et pas mal de kalevala et mon rêve serait de faire jouer In Extremo.

J’ai aussi quelques affinités avec le metal symphonique mais en contrepartie très peu avec tout ce qui est death metal sauf si il est mélodique. Par contre je déteste le stoner, le sludge, le doom , les trucs chiantissimes quoi. Le grind aussi que je trouve inutile.

Es-tu musicien ?

Absolument pas ! je ne suis pas un artiste que ce soit au niveau musical, peinture, dessin etc…. je suis un paysan dans l’âme et un manuel si tu me fous un instrument dans les bras c’est un carnage. Je n’ai surtout pas la notion créative je serais incapable de créer ou de lire une partition et surtout pas de m’en rappeler.

Il n’y aurait que le chant à la limite que j’aurais pu essayer, chanter dans un groupe de power m’aurait plu.

Quel est ton dernier coup de cœur musical ?

En ce moment j’ai vraiment accroché au groupe de Black Metal Horn leur dernier album est une tuerie.

Cela fait un moment que j’ai du mal à vraiment prendre de claques hors concert, peut-être à force d’entendre des groupes je ne sais pas. Je me cantonne aux albums que j’aime déjà en fait, en ce moment je me noie dans du Demona , du Sortilège , du Agalloch et du Cripper.

En dehors du metal par contre je ne suis pas déçu je suis fan de Julien Doré qui nous a pondu un album fabuleux cette année et le rappeur VII qui nous offre des titres toujours aussi bon. En Horror punk aussi j’ai découvert dernièrement un groupe appelé Kitty In The Casket , c’est assez simple musicalement mais ça m’a plu.

Hormis la musique, as-tu d’autres passions ?

Pas beaucoup à vrai dire. Je pêche depuis que j’ai 6 ans malgré le fait que je pratique de moins en moins. J’aime beaucoup la chasse n’en déplaise aux vegan que j’adore. Je suis fana de jardinage je pratique sur mon balcon ça me détend et j’ai toute une philosophie concernant la relation plantes/énergies et puis j’aime les patates comme dirait Mon Onc’Serge . En gros des occupations de gros beauf de la campagne quoi.

Ah oui j’aime beaucoup l’Ufologie également.

Merci pour cette interview. Veux-tu rajouter un mot pour conclure ?

Merci à toi je sais que tu as la même philosophie que nous tous les passionnés de metal qui se cassent le cul chaque jour pour faire vivre et survivre la scène de ce pays. De notre côté on arrêtera pas de nous démener pour ça en soutenant tous les acteurs qui le méritent.

Le dernier mot est pour toi public c’est toi qui surtout fait vivre cette passion alors laisse tomber les grosses structures et supporte ceux qui en chient pour te proposer le meilleur et rendez-vous sur un concert pour boire un canon.

Merci Benjamin d’avoir accepté cette interview. Vous pouvez retrouver l’association Razorback Productions sur :

Facebook : https://www.facebook.com/Razorback.Productions/

Voici l’affiche du prochain évènement de l’association :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*